bio-szalek

Bio

Né à Gdansk en 1964, Krzysztof Szalek se consacre à la peinture dès l’âge de 15 ans. Il suit l’enseignement au Lycée des Beaux-Arts de Lublin, puis intègre l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie en 1984, à l’âge de 20 ans. Il finira par quitter l’établissement trop classique à son goût deux années plus tard et décide alors de quitter la Pologne. Le désir de briser les convenances d’un enseignement trop académique l’amène à Paris où il s’installe en 1986.

Le travail de peinture de ces premières années est figuratif et imprégné de l’héritage culturel de son pays d’origine. « Lorsqu’on arrive de l’Est, on arrive ‘chargé’ », ironise-t-il à ce propos. Ce sont de grandes toiles aux couleurs sombres et tonalités éteintes, aux surfaces torturées, chargées de pierres et de morceaux de bois. Des traces d’inscriptions quasi-fantomatiques s’égrainent à la surface de la toile : « Scruples and fears », « Wagner » ou encore « Der Jüngste Tag » (Les derniers jours »). Emmanuel Daydé écrira en 1991 à propos de ces œuvres: « […] Ses nuits de Walpurgis modernes brûlent du même désir d’universalité propre et tragique que les dessins et les récits fantastiques de Bruno Schutz. »*

Après une période d’exploration de thèmes existentiels tels que la mort, la violence ou encore la guerre par le biais d’installations que le Crédac : Centre d’art contemporain à Ivry exposait en 1996, l’artiste se consacre à nouveau à la peinture. La rupture a lieu en 1999 – la couleur refait irruption dans le travail de l’artiste au travers d’une série de monochromes à surface minérale.

Viennent ensuite ses « machines à voir »** comme les surnomme Ileana Cornea en 2001, en référence à l’idiolecte de Jean Paulhan lorsque celui-ci évoque les collages de Braque et de Picasso. Ce sont des œuvres abstraites, géométriques, des compositions à l’huile, à l’acrylique, pigments, tissus, fourrure, bandes adhésives, plastique et paillettes.

Ensuite se sont les « spray peintures », toiles quasiment lisses aux aplats colorés qui nécessitent des mélanges chromatiques de grande précision. Ces spectres optiques aux couleurs éclatantes suggéreraient le flou de la photographie abstraite, les flashs de lumière d’une ville en mouvement.

À la fin des années 2000, Krzysztof Szalek privilégie le travail sur papier. Il travaille à l’acrylique, au pastel, au feutre ou à l’aquarelle et combine rouleau, pistolet et brosse. Reflet d’une urbanité frénétique, son œuvre est abstraite et réaliste à la fois, les compositions plus sophistiquées, la gamme chromatique encore plus riche. Le geste fait irruption dans la pratique de l’artiste. En 2010, la galerie exposait pour la première fois ces œuvres sur papier au sein d’une exposition personnelle.

En cet automne 2013 ce sont dix œuvres sur toile qui signent la seconde exposition de l’artiste à la galerie.

_

* Emmanuel Daydé, « Krystof Szalek », catalogue d’exposition, La Galerie Procreart en association avec la Galerie Horloge, 1991
** Ileana Cornea, « Les machines à voir de Krzysztof Szalek », 2001

CV

Né en 1964 à Gdansk, Pologne. Vit et travaille à Paris
Born in 1964 in Gdansk, Poland. Lives and works in Paris

Expositions personnelles // Solo shows

2013
NOWE, galerie pascaline mulliez, Paris

2010
galerie pascaline mulliez, Paris

2009
Spray peintures, Boconcept espace, Boston, USA

2006
Œuvres récentes, Paris, Cappellini, Paris (Designer’s Days)

2005
Œuvres récentes, Paris, Cappellini, Paris (Designer’s Days)

2002
Peintures et dessins récents, Les Falaises, Paris

2001
NON HUMAIN, Opus Club – Festival Virus, Paris

2000
Plastique, Théâtre 347, Paris

1994
Espace Saintonage, Paris
Alchimie, Pleins Feux sur Ivry, Ivry-sur-Seine

1992
Udinotti Gallery, San Francisco, USA
Summer group show, Frank Bustamante Gallery, New York, USA

1991
Espace Procréart / Horloge, Paris
Musée des Automates, Paris

1990
Galerie Horloge, Paris
Udinotti Gallery, San Francisco, USA

Expositions collectives // Group shows

2011
Encres, dessins, œuvres sur papier, galerie pascaline mulliez, Paris

2010
Little Big Bang, L’Espace Plateforme, Paris

2007
Assonance, Galerie Kennory Kim, Paris

2004
NOUVELLES DIFFERENCES, Espace 40, Paris (dans le cadre de la Saison Polonaise)

2002
NON HUMAIN, Galeria Pryzmat, Cracovie, Poland
Work in Paris, Usine Gaupillat, Meudon, France

1998
Pigments, Espace Commines, Paris

1997
Portes Ouvertes, Ivry-sur-Seine, France

1996
Des Séances, Centre d’Art Contemporain – LE CREDAC, Ivry-sur-Seine, France
Festival d’Automne, Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris
Art, Resistance and the English Garden, Mostar, Tuzla, Bosnia

1995
Who Killed Walter Benjamin ? -1, Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris
Ecrits, Centre d’Art Contemporain, Rueil-Malmaison, France
Who Killed Walter Benjamin ? -2, Galerie Nikki Diana Marquardt, Paris
Art, Resistance and the English Garden, Centre André Malraux, Sarajevo, Serbia

1993
Passages, Hôpital Charles Foix, Ivry-sur-Seine

Gallery Paris