Bio

Tristan Bastit est né le 13 janvier 1941 sur les bords de Loire. Il est admis à l’École des Beaux Arts en 1960 mais il y reste un seul automne, préférant fréquenter l’académie du peintre Henri Goetz et suivre l’enseignement du Collège de Pataphysique, créé en 1948 par son prof de philosophie à Louis-le-Grand, Emmanuel Peillet. À cette époque, il croise Hartung, Picasso, Ernst, et de 1961 à 1964, passe ses étés à Vallauris avec d’autres artistes. À Paris, il s’initie à la gravure dans l’atelier de Johnny Friedlander.

À partir de 1970, Tristan Bastit expose régulièrement au salon Réalités nouvelles et dans des galeries en France, en Italie, en Allemagne, au Canada… Parallèlement, il crée l’atelier de gravure Sauve qui  peut qui regroupe de jeunes artistes souhaitant partager leurs expériences dans un lieu de travail collectif.

Il voyage alors en Italie et aux États-Unis. Ce dernier séjour va influencer l’évolution de sa peinture, notamment par la découverte, à New-York, de Philip Guston mais aussi des Anglais Alan Davie et Martin Bradley et du peintre expressionniste Maryan S. Maryan. En 1985, il intègre l’Oupeinpo (Ouvroir de peinture potentielle). Il participe très activement aux séances de travail du groupe dont les travaux seront publiés aux éditions du Seuil sous le titre Du Potentiel dans l’Art.

Également, il dirige la librairie-galerie La Marraine du Sel, publie des livres et fonde, en 1993, les éditions Sel & Couëdic Réunis. En 1999, il est membre fondateur de l’association tAlus qui organise de nombreux événements relatés dans les 24 numéros de sa revue. Outre la Fond’action Boris Vian en 2005 et 2006, des expositions lui sont consacrées à la galerie l’Usine et la revue Empreinte publie une sélection de ses dessins.

En juin 2011, la ville et le Musée National de Gravelines organisent l’exposition Commedia dell’arte dans les trois pavillons des remparts de la ville fortifiée. À cette occasion le Musée National de Gravelines acquiert plusieurs de ses oeuvres.

En 2012 la galerie l’Usine publie dans sa collection, Les peintres du Chaos, une monographie de Tristan Bastit, qui reproduit environ 150 dessins et une cinquantaine de peintures.

Enfin, en 2014, après une exposition à Roubaix dans “la plus petite galerie du monde (OU PRESQUE)”, il promène sa silhouette débonnaire, faussement nonchalante, discrète et sympathique, dans les allées de Art Paris Art Fair où la galerie le présente avant son exposition personnelle de l’automne.

Principales expositions

2011
Commedia dell’Arte – Musée de l’estampe et du dessin original
de Gravelines

2010
Saler la soupe – Galerie l’Usine, Paris

2007
Idylles, fredaines, bluettes – Galerie L’Usine, Paris
Peintures – Centre d’art de Douarnenez

2006
Fortunes de mer – Fond’action Boris Vian, Paris

2005
S’accommoder des reliques – Fond’action Boris Vian, Paris
Abstraction/Figuration – château Grimaldi, Cagnes-sur-Mer
Du Potentiel dans l’Art – exposition du groupe de l’Oupeinpo
à la librairie Nicaise, Paris

2003
Peintures – Maison de la Fontaine, Brest

2002
Douze étés douarnenistes – La Marraine du Sel, Douarnenez

2000
Peinture à l’usine – La Marraine du Sel, Douarnenez

1999
Du Pein peint – Galerie N° 7 Keller, Paris

1996
Chapelle de la Visitation, Thonon-les-Bains

1995
Gravures Molles – Galerie La Marraine du Sel, Paris
Papiers peints – Le M.A.L., Thonon-les-Bains
1994
Commedia dell’Arte – Saga, Paris

1993
Série Sardines de presse – Éditions du Sel & Couëdic Réunis,
Douarnenez

1992
Dazibao – Galerie La Marraine du Sel, Paris

1991
Galerie La Marraine du Sel, Paris

1990
Galerie Klébert, Montignac
Galerie Gianola, Thonon-les-Bains
Galerie Varachaud, Grenoble

1989
F.A.C.T., Toulouse

1988
Galerie Varachaud, Grenoble

1983
Galerie J.P. Chapon, Bordeaux

1979
Galerie Arenthon, Paris

1978
Galerie Segno Grafico, Venise

1977
Galerie M.L., Paris

1976
Galerie Edrei, Paris

1974
Maison de la Culture du Havre

1973
Maison de la Culture de Bourges
Galerie Daberkow, Francfort

Publications (sélection)

2013
Tristan Bastit (introduction de Jehan Van Langhenhoven,
postface de Pascal Varjka), Éditions de l’Usine,
collection Les peintres du chaos, Paris

2010
Mordancé-le-Vison, texte de Michel Ohl,
images de Tristan Bastit, Éditions de la Fournial, Auradou

2009
Loque, texte de Dominique Quéllen, illustrations
de Tristan Bastit, Éditions Fissile, Les Cabannes

2008
Simiestitions, dessins de Tristan Bastit avec des texticules
d’Alain Mignien, Éditions de la Fournial, Auradou

2006
Voir par transparence, Bibliothèque Oupeinpienne,
Au crayon qui tue éditeur, Paris
Revue Empreintes n° 10 : 7 fusains et 3 textes de Tristan Bastit

2005
Du potentiel dans l’Art, Éditions du Seuil, Paris
La Kantat’a Toto, collaboration d’Alain Mignien,
Éditions du Sel & Couëdic Réunis, Paris
Simiestitions, Carnets trimestriels n° 5
du Collège de Pataphysique, Paris
Évanide, Éditions du Sel & Couedic Réunis, Paris

2001
Toto à la réthorique, œuvre oupeinpienne,
Éditions du Sel & Couedic Réunis, Paris
Limites de manoeuvre, livre d’artiste
(poème de Jean-Michel Espitallier),
Éditions du Sel & Couëdic Réunis, Paris
Quelques explications, Rodolphe de la Borde illustré
par Tristan Bastit, Éditions du Sel & Couëdic Réunis, Paris
En pirogue sur le fleuve Pixel, Tristan Bastit et Thieri Foulc,
Éditions A. M., Paris
Le bonnet de mon cheval est dans les géraniums,
R. Corre, J.-Ph. Diguet, F. Frassetto et F. Tortevoie,
illustré par Tristan Bastit, Éditions A. M., Paris
L’Androïde Parnassier, S. Marcillac-Vallon illustré
par Tristan Bastit, Éditions du Sel & Couëdic Réunis, Paris.

Gallery Paris