Robert CLEVIER

Robert CLÉVIER

Lieux dits

10 NOVEMBRE – 22 DÉCEMBRE 2012

Télécharger le dossier de presse

Pierre-Henri GIBERT

654091

Pierre-Henri GIBERT

Robert Clévier, Peintures

Documentaire, 2012
ca. 30 min
Production Pascaline Mulliez (galerie – paris)


La galerie est heureuse de présenter le documentaire de Pierre-Henri Gibert, Robert Clévier, Peintures. Loin d’un entretien classique, Pierre-Henri Gibert livre ici un regard personnel et singulier sur le travail de l’artiste.

Le réalisateur dresse le portrait de Robert Clévier au travers de scènes d’ateliers et d’entretiens multiples, ponctués d’extraits de films auxquels fait référence l’artiste. Le documentaire a pu voir le jour grâce aux entretiens réalisés par Pierre-Henri Gibert et Pascaline Mulliez durant ces deux dernières années. À présent, il offre une possibilité sans précédent d’entrevoir, ne serait-ce que pour un bref instant, l’œuvre en train de se faire.

Pierre-Henri Gibert est réalisateur. Il démarra sa carrière avec un documentaire sur Chabrol et poursuivit avec Renoir, Bresson, Wajda, Tati. Plus récemment, il a interviewé Jean-Luc Godard (2010) et le photographe Andres Serrano (2011).

Le documentaire est visible à la galerie pendant toute la durée de l’exposition de Robert Clévier, Lieux dits, du 10 novembre au 22 décembre 2012.

Jean-Pierre RANSONNET

Jean-Pierre RANSONNET

Jardins

14 SEPTEMBRE – 27 OCTOBRE 2012

Télécharger le dossier de presse

Né en 1944 à Lierneux, dans les Ardennes belges, le peintre Jean-Pierre Ransonnet est un artiste comme il y en a peu. Fidèle à une démarche personnelle qui ne doit rien aux modes, il s’est initialement investi dans une exploration à la fois plastique et poétique autour du thème des lieux (de son enfance, de son adolescence) et des liens (rencontres, amis, proches).
À travers différents modes d’expression – dessins et peintures, photographies légendées, écritures – Jean-Pierre Ransonnet a ainsi dévoilé depuis le début des années 70 un travail original sur le temps, l’espace et le paysage. Membre du groupe belge d’avant-garde CAP (Cercle d’Art Prospectif) qui initia au milieu des années 70 une esthétique pluridisciplinaire basée sur le relationnel, Jean-Pierre Ransonnet a poursuivi par la suite un cheminement qui, progressivement, s’est élargi à l’exaltation totale de la peinture, entre abstraction et éléments figuratifs.

Ses thèmes de prédilection sont restés identiques: les forêts et les sapins, les paysages, les jardins, les figures humaines, qu’il traite avec un sens de la couleur tantôt sauvage et expressionniste, tantôt plus sensuel et serein, mais où la densité de la matière innerve le support, toile, bois ou grand papier.

Sous le titre Jardins, il présente à la galerie pascaline mulliez un ensemble d’œuvres récentes de grand et moyen formats. Elles sont nées de l’observation attentive par le peintre de son environnement immédiat, le jardin qui entoure son lieu de vie et son atelier. A différentes saisons de l’année, il s’est replongé dans son univers personnel, associant les éléments récurrents de son vocabulaire plastique à des variations chromatiques de couleurs, souvent exubérantes, pleines de vie et de sensualité.  [...]

Alain Delaunois
Liège, juillet 2012

_


Jean-Pierre Ransonnet vit et travaille à Tilff près de Liège (Belgique). De nombreuses expositions et collaborations jalonnent son parcours et se concentrent autour de ces lieux de l’enfance, en Wallonie, en Ardennes. À ses débuts, de 1971 à 1974, il participe aux activités de la galerie Yellow Now (Liège) laquelle entendait promouvoir des artistes s’écartant des supports traditionnels et explorant la photographie, le livre, le cinéma, la vidéo. Yellow Now expose alors entre autres Ben, Nyst, Annette Messager, les Leisgen mais se tourne progressivement vers l’édition et le cinéma. Avec Jacques Lennep, Jacques Louis Nyst, Jacques Lizène et Pierre Courtois, Jean-Pierre Ransonnet participe aux activités du groupe CAP (Cercle d’Art Prospectif, Liège) qui se situe dans la mouvance de l’art sociologique, précurseur de l’art dit « relationnel ». Puis, à la fin des années 1970, dans un contexte peu réceptif à l’art contemporain, il organise avec André Stas une série d’expositions à la Galerie du Cirque Divers (Liège) et fonde dans la foulée la Galerie l’A (Liège), galerie associative regroupant des artistes partageant la même démarche artistique, et qu’il codirige jusqu’en 1987. Ce lieu devient un refuge pour toute une génération d’artistes gravitant dans un univers culturel liégeois qui tendait à s’essouffler.

Jean-Pierre Ransonnet enseigne à l’Académie des Beaux-Arts de Liège de 1986 à 2009. En 1990, il reçoit le prix triennal de Peinture de la Fondation Bolly-Charlier (Huy). En 1994, l’Académie Royale de Belgique lui décerne le prix Gustave Camus et en 2003, le Prix Joseph Albert pour l’ensemble de son œuvre. L’an dernier (2011) l’Espace « Les Brasseurs » à Liège (Belgique) et le Centre d’Art Contemporain « La Châtaigneraie » à Flémalle Haute (Belgique) lui consacrent une rétrospective.