Krzysztof SZALEK

Pigmenta

10 DÉCEMBRE 2015 – 16 JANVIER 2016
La galerie est fermée jusqu’au 5 janvier inclus.

Télécharger le dossier de presse

C’est avec plaisir que la galerie Pascaline Mulliez vous présente aujourd’hui un ensemble d’œuvres extrait du travail de Krzysztof Szalek et ressorti des recoins plus ou moins oubliés de son atelier.

Pour expliquer son parcours, lors de ma dernière visite, le peintre me fait découvrir une série de toiles des années 1994-1998. Un premier ensemble en a été montré en 1995 à l’espace Atria, au centre d’art de Rueil Malmaison : le commissaire d’exposition, Pierre-Jean Sugier, y organise écrits où, à des pages manuscrites, photographiées par Magorzata Lempicka-Brian, de poètes russe, allemand, polonais, espagnol, tchèque et français, est confrontée cette suite qui se veut une rupture radicale pour Krzysztof Szalek.

Ce sont de petits formats à la matérialité très travaillée : le peintre a sciemment mélangé pigments, acrylique, émail, huile à des produits pharmaceutiques. La matière est granuleuse, brillante, sablonneuse, parfois impénétrable. L’ambition de l’artiste est de rompre avec la figure qu’il veut retrancher de sa peinture. Pour lui, c’est alors une époque de césure liée à un contexte existentiel difficile, pour ne pas dire dur.

Ne pas rechercher l’esthétique est donc l’exigence, voire le mode opératoire, de Krzysztof Szalek dans l’ensemble qui sera aux murs de la galerie en ce mois de décembre.

Pascaline Mulliez
Paris le 5 décembre 2015